Sortie officielle de mon livre : Devenir celle que je suis

Publié le par Delphine

Les mois écoules furent vides d'articles, et j'en suis désolée, mais ils furent largement occupés pour moi.

 

J'ai le plaisir de vous informer de la sortie officielle de mon livre autobiographique et politique sur un sujet qui me tient à coeur :

Devenir celle que je suis

Témoignage sur la transidentité  de DELPHINE PHILBERT

 

Couverture de devenir celle que je suis

 

Voici le communiqué de presse envoyé par la maison d'édition, Max Milo, dont la ligne éditoriale est ''Provoquer à juste titre'' :

 

"La différence des sexes est un fait, mais elle ne prédestine pas aux rôles et aux fonctions. Il n'y a pas (…) deux identités sexuelles fixées dans le marbre. Une fois acquis le sentiment de son identité, chaque adulte en fait ce qu'il veut ou ce qu'il peut". Elisabeth Badinter

 

Comment un père de deux enfants, vétérinaire, peut-il après 25 ans de mariage réaliser qui il est vraiment - une femme ! - et remettre en question tout ce qui dans sa vie était justement déterminé par une identité sexuelle erronée ? Comment l’entourage proche, famille et amis, doivent-ils accepter un tel bouleversement ?

 

Il arrive parfois que l’évidence, longtemps refoulée, finisse par s’imposer magistralement au terme d’une longue maturation. Les souvenirs enfouis remontent à la surface, les faux-semblants laborieusement construits pour consolider un mur qui nous sépare de nous-même se rompent : c’est un cataclysme identitaire. C’est cette aventure humaine peu commune ce que nous raconte ici Didier, devenu depuis Delphine.

 

Vécu comme une dissonance, son sexe n’a jamais été en adéquation avec ce qu’elle était. Didier Philbert n’était qu’un état civil et sa vie le mensonge qui en découlait. Ce n’est que libérée de ce carcan que ses rêves d’être femme, son plaisir à se travestir, ses expériences avec d’autres hommes et d’autres femmes ont trouvé un sens. Elle est arrivée enfin à analyser un ressenti en contraste depuis toujours avec son corps. Le mot transsexuelle apparaît, puis celui de transgenre, plus adapté selon elle à ce qu’elle est. Entre premières sorties vêtue en femme et tourisme médical, elle nous raconte avec intelligence, pédagogie et clarté son histoire personnelle, son questionnement, les mensonges à la famille, ses pérégrinations à la recherche de réponses et les difficultés rencontrées pour faire accepter ce changement à son entourage : sa femme divorce immédiatement et ses enfants refusent de le voir. Enfin elle nous raconte le chemin de croix pour changer de sexe.

 

L’histoire de sa transition est aussi l’histoire d’un combat : celui de la reconnaissance des transgenres par la société.

 

Delphine Philbert a 50 ans et a découvert sa transidentité il y a 2 ans. En décembre 2010 elle a obtenu du tribunal le changement de son statut civil sans se soumettre aux « protocoles médicaux » de réassignation sexuelle. En février 2011 elle a subi une chirurgie définitive de réassignation sexuelle et milite pour la reconnaissance des droits des transgenres.

 

Postfaces de :

- Maxime Foerster, auteur de Histoire des transsexuels en France, (H&O, 2006) et La différence des sexes à l'épreuve de la République, (L'Harmattan, 2003).

- Nicolas Jonathan Beger, directeur du bureau européen d’Amnesty International. Dans sa postface il revient sur la conquête et le respect des droits des transgenres en Europe.

 

INFORMATIONS PRATIQUES : SORTIE LE 7 avril 2011 – 222 PAGES – 18 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Chloé 01/06/2011 12:04


Avec plaisir !
Pouvez-vous me contacter sur mon mail privé ?
Merci

Chloé


Chloé 31/05/2011 15:02


Pourquoi douter de la démarche de Delphine et du récit qu'elle en fait ?
Pour être dans un cas très similaire, je pense pouvoir confirmer le parcours de Delphine.
Son livre raconte sa transition, pas les années qui ont précédé sa décision.
Des années de doute d'interrogation pendant lesquelles il est difficile de trouver si ce n'est la vérité, au moins une vérité.

Mais avez-vous seulement lu le livre ?
Et que signifie "connaissance de la chose" ?

Déjà le terme "chose" est un peu limite car quels que soient les défauts et qualités d'une personne, ce n'est pas une chose et ce genre de parcours, et avant de trouble de l'identité, n'est
assurément pas une chose. Mais un histoire avec toutes ses joies et ces moments difficiles.

Et quand on ne signe même pas ses propos, on devrait s'abstenir de les tenir.


Chloé


Delphine 01/06/2011 11:56



Merci Chloé pour votre prise de position et surtout de prendre ainsi ma défense.


Il est évident que de telles attaques 'ici d'une "Zézette" mais aussi ailleurs, est inévitable. Tant d'éléments entrent en jeu : la peur de l'inconnu, l'envie de se sentir tenue par la main par
un spy, le spam aussi, la haine qui peut exister, la bétise, voire tout simplement l'incompréhension de la démarche.


Je m'habitue à ce genre d'attaque, je savais que cela arriverait.


Toute personne qui se médiatise entraine l'apparition de telles attaques, on ne peut plaire à tous/toutes, c'est la vie surtout quand le sujet divise tellement les trans eux-mêmes et est
volontairement sujet à division par l'Etat et les équipes médicales qui se repaissent de cette division.


Je poursuis mon chemin, tranquille avec moi-même, avec un seul but : essayer de faire comprendre aux personnes non concernées par leur identité de genre ce qu'est la transidentité et quelles sont
les discriminations que tous les trans subissent.


Encore merci, Chloé,


Delphine


PS : je ne réponds pas à "Zézette", je n'y vois aucun intérêt, mais je laisse son commentaire en ligne comme témoignage de la betise humaine.



Zézette 31/05/2011 14:51


Moué, je veux bien... Mais pour avoir vécu la chose, être devenue femme après être née dans la peau d'un mâle, il y quelques temps maintenant, je suis très sceptique sur le " cas " de Delphine qui
me semble une régurgitation de ce qui a été dit, écrit sur le sujet. Je n'admets pas, surtout, le fait d'avoir été marié, d'avoir eu des enfants de l'épouse, et subitement un beau jour, vers la
cinquantaine, comme ça, pouf, on se découvre " autre ". Ce n'est, à mon avis, de connaisseuse de la chose, pas vraiment vrai. Quelque chose sonne faux, sent un peu trop le copié / collé. Et ces
histoires d'expériences avec des femmes, et des hommes... Bidon.


Chloe 08/04/2011 13:12


Bonjour,

Etant moi-même en début de transition, je me suis empressée d'acheter ce livre que je vais "dévorer" dès que je le recevrai.
Merci Delphine de témoigner ainsi, c'est un appui moral non négligeable pour moi, et j'imagine pour de nombreuses autres.

Bien cordialement


Chloé